Philosophie

____

LES DÉFIS ACTUELS

Pour la première fois de l’histoire connue, nous faisons face à trois changements structurels majeurs qui s’entrecroisent au même moment. Aucun n’est véritablement nouveau, mais leur ampleur et l’entrelacement des trois qui s’impactent entre eux nous imposent un défi que nulle société n’a jamais eu à relever.*

LE DÉRÈGLEMENT ENVIRONNEMENTAL

qui regroupe le réchauffement climatique, la pollution générale et plus particulièrement des plastiques et des produits chimiques. 2°C d’augmentation des températures, ce sont des problèmes majeurs pour la planète, et qui ont un impact non négligeable sur nos corps et nos cerveaux, encore totalement sous-évalué.

Il faut : changer nos paradigmes cognitifs pour réduire nos impacts et nous adapter à certains changements déjà inéluctables.

LES NOUVELLES TECHNOLOGIES

avec entre autres les « Intelligences » Artificielles, le Big Data, deep learning, ou les robots et systèmes autonomes, qui modifient déjà, et vont le faire de plus en plus, nos modes de vie, à une vitesse unique dans l’histoire. D’autres techniques, moins connues, auront un impact majeur dans l’avenir, par exemple les nouveaux outils de manipulations génétiques (tel CRISP-cas9), permettant des modifications profondes des gènes, pouvant nous faire basculer à terme dans une nouvelle ère évolutive.

Il faut : apprendre plus vite et rester en capacité décisionnelle, tant cognitive que légale, pour garder la maîtrise de ces évolutions, et qu’elles restent des outils très utiles plutôt que de devenir des systèmes autonomes.

LES TRANSMUTATIONS SOCIALES ET POLITIQUES

qui englobent l’évolution démographique -deux cent cinquante mille personnes supplémentaires par jour en donnée nette, soit 8 milliards d’humains en 2022 contre 1,7 milliard il y a un siècle-, le déplacement dans des villes sans nature accessible -60% de ces populations vivent dans des villes, contre 10% il y a cent ans- les inégalités sociales et économiques -plus de 11% de la population mondiale est sous-alimentée, un milliard de personnes vivent dans des bidonvilles et au moins 2,5 milliards d’habitants ne disposent pas d’installations sanitaires de base par exemple- les crises politiques avec le repli sur des extrêmes politiques et autres ou les phénomènes migratoires qui vont grandement augmenter en raison du réchauffement climatique.

Ces trois phénomènes structuraux simultanés, qui se nourrissent les uns des autres, nous imposent une véritable prise en compte de nos capacités adaptatives autant que de changer profondément nos paradigmes fonctionnels et cognitifs, que nous devons en premier lieu mieux comprendre pour agir de la manière la plus efficace.

Les changements vécus par une personne aujourd’hui sont en augmentation exponentielle et n’ont plus rien à voir avec ceux vécus par nos ancêtres. Un humain vit aujourd’hui autant de changements en une année qu’en une vie il y a un siècle

*données issues du chapitre 8 du livre “Explorer Demain”, de Christian Clot, éditions Robert Laffont

____

MÉTHODOLOGIE ET PRINCIPES

Human Adaptation Institute a été fondé sur sept principes déterminant nos méthodologies et notre fonctionnement qui nous semblent indispensables dans la recherche, et plus particulièrement au sujet des recherches sur l’humain.

NOS PRINCIPES

  • Nos études sont menées en situation réelle de vie pour tenir compte de l’écologie complexe dans laquelle nous vivons, imposant à chaque instant des dizaines d’informations et paramètres concomitants, qu’aucune simulation ne pourra jamais totalement approcher.
  • Pas d’études sur animaux (autre qu’humain) puisque nos études portent sur les capacité humaines d’adaptation. C’est avec des humains que nous menons nos travaux.
  • Nos travaux sont intégratifs, avec une collaboration importante entre les équipes de recherche des différents domaines scientifiques. Aucun organe ou fonction n’évolue de manière autarcique ou isolée, il est donc fondamental de les étudier pour elle-même autant que faisant partie d’un ensemble évoluant dans une écologie globale.
  • Parité, mixité et diversité. Autant que cela soit possible, nos équipes sont paritaires et diverses et l’ensemble de nos études sont menées sur des groupes paritaires.
  • Ouverture : la capacité d’adaptation implique de nombreuses questions et solutions qui peuvent émerger de plusieurs manières différentes et ne sont pas l’apanage de quelques personnes. Nos travaux sont donc ouverts, au-delà des chercheurs-euses certifiées, aux personnes faisant preuve d’une rigueur méthodologique de pensée, de fonctionnement et d’une connaissance approfondie d’un sujet au-delà des diplômes ou des accès à des facilités de recherche organisée.
  • Partage des connaissances acquises, sans limite, pour que chaque personne désirant y accéder puisse le faire, s’en servir, et la faire évoluer à son tour.
  • Éthique, le maître-mot qui regroupe l’ensemble des autres, autant dans notre manière de mener nos études que nos attitudes sur le terrain, envers la nature, le vivant et les humains.

.

MÉTHODOLOGIE

Nos travaux sont actuellement divisés en 6 axes regroupant les différentes études et sujets de l’Institut correspondant aux différentes facettes des problématiques adaptatives modernes.

Chaque axe est considéré pour lui-même selon ses propres besoins méthodologiques et contraintes écologiques (différence entre un territoire, au climat extrême, que dans un bureau). Cependant, les échanges méthodologiques entre les axes sont, bien entendu, réguliers.

UNE VISION ANALYTIQUE GLOBALE

Si chaque axe est autosuffisant, il s’intègre cependant dans un ensemble au sein de l’Institut qui vise à une vision analytique globale. Cette vision recoupe l’ensemble de nos travaux pour dresser un portrait des marqueurs adaptatifs humains face aux changements.

Ces travaux sont complétés par une veille des évolutions mondiales dans les domaines écologiques, technologiques et sociétaux, afin de pouvoir systématiquement contextualiser nos résultats, et plus encore nos préconisations.


____

VIE TERRESTRE DURABLE

UN NOUVEAU PARADIGME

Face aux changements climatiques et aux pollutions, les adaptations structurelles ne suffiront plus !

L’adaptation cognitive individuelle humaine doit devenir une clef pour changer les paradigmes face aux situations de changements majeurs, actuels et futurs.

C’est la capacité de l’humain à accepter, comprendre et modifier son comportement qui fera la différence. Une adaptation qui passe par des changements de paradigmes dans nos fonctionnements actuels. Le GIEC affirme que “les notions de vulnérabilité, de résilience et d’adaptation aux changements climatiques sont centrales”.

Il ne suffit plus de raisonner le développement durable ! Il faut imaginer les adaptations structurelles mais aussi, nos manières de penser et de se positionner face à ces notions.

POUR UN NOUVEAU LABEL

Ce sont nos capacités adaptatives d’acceptation et de changement qui sont en jeu : pouvoir imaginer aussi bien une forme de décroissance pour réduire les déchets autant que de nouvelles innovations, qu’une considération réelle de l’ensemble des acteurs de la vie : végétaux, animaux, humains et des eaux.

Chaque décision doit se prendre à l’aune de ces notions. Une idée qui nécessite un changement de paradigme profond, qui passera par la connaissance et l’éducation. C’est cela, Vie Terrestre Durable.

Aussi, nous proposons la création d’un label pour ne plus attendre les crises pour réagir, mais anticiper la préparation aux changements.

  • Comprendre les mécanismes adaptatifs cognitifs pour former les humains à mieux vivre ces changements.
  • Utiliser les émotions et ressentis cognitifs pour rendre acteurs d’entraide et de réduction des impacts les personnes dont le cadre de vie est éloigné de ces problématiques et les futurs acteurs des ONG.
  • Aider les personnes les plus défavorisées, en particulier lorsqu’elles sont amenées à quitter leurs territoires.