Axe 5 : Adaptation migratoire

Travaux de suivi in situ de migrants forcés durant leurs trajets migratoires, impliquant des adaptations profondes et nombreuses dans des conditions de vies particulièrement extrêmes.

Direction Christian Clot

Cet axe de recherche s’inscrit pleinement dans l’objectif 10 (Reduced Inequality) des 17objectives de développement durable de l’UNESCO.

____

Peu d’humains doivent pousser autant la capacité d’adaptation que les personnes amenées à migrer de manière forcée, en raison d’évènements climatiques, de guerres, d’instabilité économique ou autre. Partir de son lieu de vie, parfois multigénérationnel, s’engager pour un trajet mal défini, dans un cadre d’obstacles permanents, pour arriver à une destination à l’accueil incertain -et souvent difficile- pour y recréer une vie, implique une aptitude adaptative peu commune. Mieux comprendre les évolutions adaptatives durant ces trajets permet à la fois de comprendre les mécanismes de l’adaptation d’urgence autant que de projeter des solutions d’aide aux futurs migrants climatiques déjà identifiés. Plus de 140 millions de personnes seront amenées à migrer dans les prochaines décennies. Un défi qui ne se résoudra pas uniquement par la mise en place d’infrastructures.

____

TRAVAUX 1 : ACCOMPAGNEMENT DE MIGRANTS D’AMÉRIQUE LATINE DURANT LEUR DÉPLACEMENT

Après les accords entre le Mexique et les États-Unis impliquant plus de surveillance aux frontières, la clandestinité est devenue prépondérante dans la méthode migratoire pour les personnes du Honduras, Salvador, Guatemala et autres cherchant à se rendre aux États-Unis via le Mexique. Mafia, corruption des services frontaliers et de migrations, traversées de territoires hostiles (forêts tropicales, désert) sans moyen rendent le trajet incertain et de plus en plus dangereux. Nous réalisons des études participatives de ces populations migratoires pour mieux évaluer leurs aptitudes évolutives durant le trajet et les biais motivationnels qui, si le but ultime reste toujours l’installation aux États-Unis, évolue beaucoup en cours de périple. À la frontière entre l’ethnologie active et de la géographie sociale des migrations, Christian Clot a ainsi évolué avec plusieurs groupes de migrants du Honduras, vers les USA, en participant avec eux à l’ensemble des étapes du trajet. Un travail en cours puisque plusieurs autres trajets sont prévus, avec la mise en place d’une méthodologie de suivi et d’évaluation des aptitudes adaptatives utilisant les entretiens directs, des questionnaires ciblés et de l’observationnel.

Ces travaux sont complétés par des entretiens avec des migrants de longue durée et en attente de résolution de leur situation, parfois après des décennies, comme en Palestine ou au Rwanda.